Qui représentera le KNK à la présidentielle de 2016 ?

François BOZIZE.jpg

C’est la grande question qui se pose et se repose en leitmotiv chez tout observateur averti de la scène politique centrafricaine, et plus prononcée encore chez les ouvrières et ouvriers et autres alliés et sympathisants de la nébuleuse KNK, parti au pouvoir pourtant, mais qui semble aujourd’hui rentré dans une zone de turbulence en haute mer.

Il ya quelques mois de là, le parti était traversé par une crise de succession sans précédent mettant régulièrement scène de nombreux prétendants potentiels mais que le temps a fini par disqualifier un après l’autre. Ainsi les Sylvain Ndoutingai, les Francis Bozizé, les Firmin Feindiro sans oublier dans l’ombre les Gouandjika, les Gombé-Ketté. Dans les intentions desquels se lisaient de grandes ambitions présidentielles, ont fini par tomber en déchéance les uns après les autres.

Aujourd’hui, avec les récents accords de Libreville, il est formel que le président François Bozizé Yangouvonda ne se représentera pas pour la troisième fois. Ce qui ouvre donc grandement la voie à toute ambition franche de succession  qui, paradoxalement, ne s’observe nulle part. Et pour véritable cause : le déficit cruel d’un dauphin capable de tenir le flambeau et de poursuivre la lutte politique en faveur du parti  orange.

La fermeture du siège du parti KNK qui circule en sourdine sous le manteau, qui risque  de se matérialiser un jour, sonne comme un signe avant coureur de la dérive imminente du KNK, visiblement à bout de souffle et pris de panique comme un pur sang pris dans un étau de feu. L’incertitude qui plane désormais sur le parti quant à sa représentation à la prochaine présidentielle laisse clairement entrevoir non simplement les limites politiques  dudit parti de se trouver un autre candidat potentiel pour le représenter en 2016, mais surtout dévoile la véritable identité du KNK qui n’est qu’un géant au pied d’argile. Le KNK encoure-t- il déjà le risque d’une non représentativité lors de  la présidentielle de 2016 ?

 Si cette inquiétude se cristallise et devienne réalité un jour, il faut se dire déjà que le KNK rentrera ainsi dans l’histoire par la petite porte d’être l’unique  au monde à ne pouvoir s’engager  dans la bataille pour sa propre succession.

 

La Rédaction

KNK

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

INFORMER EST NOTRE DEVOIR!

×