Les Ministres de Nicolas Tiangaye sont-ils prêts à déclarer leurs biens ?

La question est récurrente dans les conversations de l’homme de la rue qu’elle interpelle de tout un chacun au sujet de la déclaration des biens des ministres du gouvernement d’union nationale nouvellement nommés.  Pour des raisons d’éthique, de probité et de bonne gouvernance, les personnalités nommées doivent présenter à leurs compatriotes leurs biens mobiliers et immobiliers avant de prendre fonction. Un tel exercice a pour avantage de les protéger en cas gabegie ou de détournements de deniers publics dans l’exercice de leurs fonctions ministérielles.Me Nicolas TIANGAYE.jpg

 

Jamais dans ce pays, les membres du gouvernement sont réfractaires à une telle initiative parce que leur refus de déclarer les biens cache une intention de vol ou de détournement. Comment comprendre qu’un ministre de la transition d’une année qui vient les bras ballants repart les poches pleines de millions ou milliards de francs CFA sans qu’il ne soit inquiété par la justice ?  En restant insensible, il ya fort à douter que le premier ministre, Nicolas Tiangaye est complice de ses ministres.

D’ailleurs, à sa prise de fonction, il n’a pas daigné commettre des audits des départements ministériels, des sociétés d’Etat et d’économie mixte. Ce qui permettra de voir clair dans la gestion d’ailleurs scabreuse de l’ancienne équipe gouvernementale.  Certains anciens ministres de Faustin Archange Touadera n’hésitaient pas à brandir à qui voulaient les entendre qu’ils sont milliardaires. Bien d’autres ont fêté leur argent en Europe loin des regards inquisiteurs des contribuables centrafricains volés et pillés par les dignitaires du régime. Et cela énerve  les centrafricains qui ont vu leur argent pour placer dans les paradis fiscaux à l’étranger.  De facto, le pays est un grenier dans lequel les gens sans scrupules se servent allègrement au su et au vu des autorités du pays notamment le président de la République, François Bozizé qui cautionne l’impunité.

Comment peut-on vivre dans un pays extrêmement riche où les revenus ne profitent qu’à un groupuscule de personnes ? Dans ce cas, il faut nécessairement se faire violence et c’est ce que la coalition SELEKA a prouvé par la force des armes. D’aucuns disent que cette rébellion est un mal nécessaire pour penser autrement l’avenir de la République Centrafricaine.

Cette fois-ci nous savons que le premier ministre, Nicolas Tiangaye est homme politique de poigne  peu corvéable et malléable pour cautionner les bêtises commises par ses ministres. Il lui est également recommandé l’évaluation par trimestre de ses collègues dans le but d’éviter l’anarchie, la corruption et le détournement des biens de l’Etat.  Alors, il lui appartient de prouver ce dont il est capable pendant cette période de transition. 

Par Andy Diomani

Gouvernement

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

INFORMER EST NOTRE DEVOIR!