Le ministre Joseph Bendounga se rend au bureau sur une motocyclette

Cet homme politique parait toujours bizarre et exceptionnel. Après avoir contesté  de siéger au ministère délégué chargé de l’élevage, le charpentier et ancien maire de la ville de  Bangui,  Joseph Bendounga, décide de prendre ses fonctions ministérielles pour se rendre cette fois-ci utile à son pays. Depuis l’annonce de sa nomination, il ne cesse de recevoir à  longueur de journée les parents, amis et connaissances qui l’ont soutenu pendant son combat, venus massivement lui présenter leurs félicitations et souhaiter bon chemin dans la mesure où Bendounga ne s’inscrit pas dans la logique de bons comportements.

joseph-bedounnga.jpg


Bendounga est une mauvaise fréquentation depuis son passage tumultueux à la délégation spéciale de la ville de Bangui où il distribuait des coups de poing aux personnels qui ne respectaient pas ses instructions. Aujourd’hui, le protocole lui impose un comportement digne d’un homme d’Etat. Ses plus proches racontent qu’il ne porte de longs cheveux de juif et les sandales luisants depuis l’arrivée de Me Nicolas Tiangaye.

Alors pourquoi se rend-il à son cabinet sur une moto?  Est-ce pour devenir populaire que les autres ministres de la rébellion de la coalition SELEKA? Certes, il est apprécié par les habitants de Km5 et de ses environs du quartier Plateau mais, Bendounga doit comprendre qu’il n’est plus un vulgaire homme politique mais celui qui est appelé désormais à gérer les affaires de l’Etat.

La semaine dernière, au jour de jeudi, il a enfourché un taxi moto puis arrivé au Km5, il a hélé  un taxi course pour se rendre au ministère délégué à l’élevage, devenu désormais son cabinet de travail. Comme disait l’autre, plus fort que Joseph Bendounga, je meurs. Souhaitons-lui bonne chance dans ses nouvelles fonctions politiques mais qu’il ne transforme sa voiture de commandement en taxi brousse (gbaloukouma),  la mie de pain ne se qu’à mange à table à la maison mais pas dans la rue au vu et au su des bambins et enfin, ce dernier doit faire un tour dans un salon de coiffure.

Que les vieux morts ne reviennent à la vie nous insulter macrocéphales parce que nous avons failli à notre devoir régalien. Le comédien ivoirien Michel Gohou,  pourrait se prévaloir de moraliser la société centrafricaine.*

 

Roche Bounda

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

INFORMER EST NOTRE DEVOIR!