Ministère de la sécurité publique : Quand le ministre BINOUA procède à un toilettage systématique

josue-binoua.jpg

Depuis la prise de fonctions des nouveaux ministres du gouvernement de large ouverture, certains n’ont pas hésités à prendre le taureau par les cornes comme dans un combat à la tauromachie, à l’exemple du nouveau ministre de la sécurité publique, Josué BINOUA. D’après les informations qui nous sont parvenues, ce dernier en un lap de temps n’a de cesse multiplié des efforts pour rendre saints les différents services de la corporation policière tombés pratiquement en désuétude à l’époque des anciens gouvernements qui se sont succédé. On finira par comprendre que cet homme de Dieu épris de justice, de paix et de la légalité pour tous, a été reconduit à ce poste à juste titre par le Président de la République qui, cette fois n’a ménagé  aucun effort pour trier sur le volet ses collaborateurs les plus honnêtes.

 

Mener une action pour sauver un peuple en détresse, est une obligation régalienne des hiérarques qui nous gouvernent. Malheureusement, tel n’a pas été le cas au sein de la classe politique centrafricaine et surtout du pouvoir en place qui centralisait toutes les décisions à son niveau. C’est justement ce qui s’est passé par rapport à l’application des recommandations du DPI de 2008 qui ont été enfouis dans les tiroirs poussiéreux de la présidence, entrainant sans le vouloir le peuple centrafricain à un énième cycle de violence aux conséquences que tous connaissent aujourd’hui.

Certes réglementaire mais, il est tout de même regrettable de constater que les ministères de l’Administration du territoire et celui de la sécurité publique font désormais office à part surtout dans un pays comme la République Centrafricaine, permanemment en proie à des mouvements rebelles, des braconniers de tous bords, des coupeurs de routes et autres bandits de grands chemins. Autrement dit, militaires, gendarmes et policiers devraient se mettre aux pas avec la nouvelle donne d’un nouveau ton qu’est en train de donner le serviteur de Dieu Josué BINOUA. Et cela s’est démontré sur le terrain d’abord à travers l’opération «ville propre» le 13 février dernier initié par le ministre Josué BINOUA, où les axes routiers Km5-Cattin, Km5-Fatima, les avenues Koudoukou et Boganda ont été assainies. L’opération vise à déguerpir les commerçants informels qui installaient leurs marchandises à même la route, causant des embouteillages monstres aux usagers. Ceci étant dit, pas plus tard dans la matinée de lundi dernier, la devanture du repaire commercial Amigos sur l’avenue Koudoukou, toujours au Km5,  en a fait les frais.

Aussi, sur le plan administratif et technique, le Ministre Josué BINOUA a clairement signifié lors de la réunion dite «Grand rapport» qui s’était éteint depuis des lustres et qui s’est tenue pour sa grande première au commissariat central la semaine dernière que, désormais aucun policier ne doit se présenter à son poste de service sans la tenue réglementaire en dehors des agents de renseignements qui sont appelé à se fondre dans la foule en tenue civile pour recueillir des informations. Au-delà de cet aspect, tout fonctionnaire du ministère de la sécurité publique et les policiers de l’OCRB sont tenue de se présenter à leur poste de travail à 7 heures 30 minutes très précise. Par ce qu’au-delà, tout contrevenant est pointé absent et après une absence de trois jours sans justification valable, l’absent est purement et simplement radié de l’ordre de la police nationale. Les véhicules d’interventions détournés par les cadres de la police et du ministère pour un usage personnel ont été ramenés au ministère, même ceux qui étaient en panne ont été tractés. Ce qui dénote d’une véritable révolution administrative et technique au sein de ce département sensible. Le nouveau ministre quant à lui, a changé de bureau, ne voulant pas résider dans celui de son prédécesseur pour des raisons qui lui sont propre 

  Tout comme la plupart des départements ministériels le Pasteur Josué BINOUA dès sa prise de service, s’est retrouvé dans une marre de problèmes où il lui faudrait prendre de grandes décisions même les plus risquées pour non seulement remettre de l’ordre à la maison, mais aussi assurer la sécurité de la population afin que la République Centrafricaine redore son blason d’antan en la matière. Cependant, le plus gros morceau reste celui de la sécurisation des populations des zones affectées par les assassins rebelles de la coalition Séléka dont leur représentants dans les différents département sont incapables de maitriser et de la réhabilitation des structures administratives pouvant permettre  aux fonctionnaires de la police de travailler dans de bonnes condition

 Sur ce point, le Ministre BINOUA a clairement signifié lors de la réunion de ce grand rapport que la pacification de toutes les zones affectées relève de la compétence du département de la défense qui, après avoir bouté ou mis hors d’état de nuire les assaillants, doit veiller permanemment à la sécurisation de ces régions pour une paix durable, facteur du développement. Pour votre gouverne, il faut aussi ajouter que les éléments de la Séléka ont déjà mis en place une administration notamment à Kaga-Bandoro, composée de préfet, sous-préfet, maire, commandant de brigade de la gendarmerie, commissaire de police qui prélèvent des taxes (5OOF CFA par personne adultes, hommes et femmes) auprès de la pauvre population chaque semaine.

Josué BINOUA, Parfait Anicet MBAY, Edouard Patrice NGAISSONA, Henri POUZERE et les autres, 12 mois c’est certes peu, mais au moins marquez votre passage vis-à-vis du peuple centrafricain dont vous êtes appelé à servir et qui en témoignera demain.

Par B.BILLY

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

INFORMER EST NOTRE DEVOIR!